Menu

L’épidémie de coronavirus fait craindre dans notre pays qu’un grand nombre de TPE et de PME subissent de plein fouet une contraction considérable d’activité que l’Insee estime déjà à une perte équivalente à 3 points de PIB pour l’économie française pour un seul mois de confinement.
Dans cet environnement incertain, les entreprises françaises de moins de 250 salariés pourraient être exposées à un risque de dégradation de leurs relations avec les grands donneurs d’ordres installés sur le territoire national.
Selon les chiffres de la Banque de France communiqués au début du mois d’avril 2020, 13 milliards d’euros de factures seraient ainsi en souffrance, sur un total de 700 milliards de crédits interentreprises. De quoi mettre en péril la survie même de milliers de petites structures pour lesquelles la trésorerie est réellement « le nerf de la guerre », et occasionner des défaillances en série.


C’est pourquoi l’association Pacte PME, dont la mission est de s’assurer d’un dialogue constructif et équilibré entre les grands comptes privés et publics d’une part et les PME d’autre part, a interrogé sous forme d’enquête entre le 27 et le 30 mars derniers ses adhérents sur leurs pratiques collaboratives s’agissant de leur relation contractuelle à l’occasion d’un acte d’achat avec les PME et les ETI françaises dans le contexte de la présente crise sanitaire.


28 grands comptes et collectivités publiques représentant à eux seuls plus de 120 milliards d’euros d’achats annuels (dont plus d’un tiers est orienté vers les PME) ont accepté d’y répondre et de faire part des adaptations de leurs relations avec plus de 350 000 PME et ETI installées en France en période de pandémie covid-19 :
Aéroports de Paris (ADP), Airbus, Air Liquide, Aix-Marseille Provence métropole, Alstom, Ariane Group, BNP Paribas, Bouygues Construction, CEVA, Direction des Achats de l’Etat (DAE), Direction générale de l’Armement (DGA), EDF, ENGIE, KPMG, Métropole de Lyon, MBDA, Naval Group, Nexter, Randstad, RATP, RTE, Safran, Sanofi, Schneider Electric, Siemens France, SNCF, Société Générale et Thales.
Issue des secteurs public et privé et provenant d’une pluralité de filières de l’économie française, la quasi-totalité d’entre eux (88%) déclare avoir pris des initiatives pour limiter l’impact du choc économique créé par l’épidémie sur leurs PME fournisseurs ou être sur le point de le faire.
 

Pour en savoir plus : 

9 recommandations de Pacte PME

Retour aux actualités